Rechercher

L'infrastructure pour les animaux progresse...



Enfin, les nouveaux poulaillers sont prêts, et les parcs de la basse-cour sont élargis (de 600m² à 800m²).

Par contre, la construction des nouveaux abris pour chèvres et moutons, d'une part, et pour les vaches et chevaux d'autre part, a pris quelque retard.

Eh oui, on est bien obligé de vivre au rythme de la météo, surtout quand on décide de poser des dalles en béton. Le béton, ce n'est pas nécessairement ce qu'on voulait, mais en fonction de l'entretien, du confort et de l'hygiène c'est ce qui s'imposait.

Quelque retard, donc, mais voilà les fondations enfin prêtes. Et nous nous retrouvons bientôt avec une capacité d'accueil plus importante que prévue.



Nous avions calculé une capacité de 17 poules, mais nous pouvons désormais en accueillir 25. On avait prévu de sauver cinq lapins, mais nous pourrons en accueillir une dizaine. Et, tandis qu'on avait envisagé pas plus que trois vaches, il y aura de la place à court terme pour cinq. Finalement, en réorganisant les stabulations, on aura amplement de la place pour les cinq chevaux prévus - tout en libérant le paddock pour le transformer en centre de soins.

Ce qu'on apprend, en développant un sanctuaire pour animaux, c'est qu'il faut rester flexible et adapter les plans au quotidien. Déjà, le bien-être des animaux l'exige, mais aussi la réalité du terrain et des infrastructures nécessaires.